dimanche 21 septembre 2014

Le plus beau des cadeaux

J'ai été très gâtée.

Beaucoup trop si vous voulez mon avis.

L'an dernier, alors que mon moral était au plus bas, ça m'aurait fait du bien, de déballer autant de cadeaux. Cette année, honnêtement, je n'en avais pas besoin. Je me serais volontiers contentée d'un apéro dînatoire en amoureux, allongée sur le canapé avec les mains sur le ventre, à guetter les bourrades de Titi.

Au lieu de la réunion de famille et de la tripotée de cadeaux qu'on m'a offert. Ne vous méprenez pas, j'étais réellement heureuse de réunir les personnes qui me sont les plus proches. J'ai passé un très bon moment, et les cadeaux m'ont évidemment fait très plaisir. 

Mais alors que je déballais un énième cadeau, une désagréable impression m'a saisit. Un peu comme si, maintenant que j'étais enceinte, que j'avais réussi, je "méritais" toutes ces attentions, plus que l'an dernier où j'étais la pauvre fille infertile. 

Cette impression m'avait déjà effleuré. Quand certains amis se sont mis à téléphoner plus régulièrement, essentiellement pour savoir si ma grossesse se passait bien. Ces mêmes amis qui n'ont pas su être là quand j'avais besoin de soutien. 

Un peu comme si tout à coup, j'étais devenue intéressante. 

Peu sont ceux qui appelaient pour prendre des nouvelles de la fille infertile. La douleur, les malheurs, ça fait fuir. Mais pour prendre des nouvelles de la fille enceinte, ça, oui, y'a du monde...

Je suis un peu sévère, car je suis sûre qu'au fond, la plupart étaient surtout mal à l'aise, et n'ont pas su être là. Et maintenant que tout va bien, ils sont heureux pour nous, et veulent prendre part à notre bonheur.

Mais moi je ne suis pas très partageuse de ce bonheur. C'est le nôtre avant d'être celui des autres, et on a assez galéré pour avoir le droit d'en profiter. A deux. Égoïste? Sûrement. Mais je suis beaucoup plus encline à partager notre nouveau bonheur avec ceux qui étaient là pour partager nos malheurs.

Tout ça pour dire que cette tonne de cadeau, ça m'a fait énormément plaisir, mais ça reste matériel. Rien à voir avec celui que j'ai eu ce matin.

Pour la première fois, c'est Titi qui m'a réveillée, à grand renfort de coups de pieds.

Le plus beau des cadeaux.

10 commentaires:

  1. Ça c'est le plus beau et vrai des cadeaux, c'est sûr!
    J'ai vu revenir plein de monde moi aussi depuis la grossesse. D'un côté ça donne faux, ça fait bizarre. Ils étaient où avant?

    RépondreSupprimer
  2. Tes messages sont toujours porteurs d espoir. merci de nous faire partager ton bonheur. Après les nuages, le soleil arrive toujours. Il faut juste être patiente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que le soleil va vite arriver pour toi!

      Supprimer
  3. Vraiment heureuse pour toi. De notre côté, tout le monde s'éloigne, même mes soeurs, alors que c'est maintenant que j'aurais le plus besoin d'elles...C'est dur mais il faut faire avec et j'espère qu'un jour elles se rendront compte qu'elles ont eu tort d'agir comme ça.
    Je t'embrasse. Prends soin de toi, de ton homme et de ton titi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée pour la réaction de tes soeurs. Pourquoi les fertiles ont-ils toujours tant de mal à nous comprendre?

      Supprimer
  4. Oh comme je comprends ce que tu écris!! Je ressens exactement la même chose! notamment de la part de ma mère...
    Elle ne me dit jamais que je lui manque, qu'elle désire me voir,... mais je suis sûre que quand on aura un enfant ce sera tout l'inverse!
    Et bien je ferai exactement comme toi!! Cet enfant sera Notre enfant avant tout! et les personnes qui n'étaient pas présentes durant les moments difficiles n'auront pas plus le droit de voir cet enfant plus souvent!

    RépondreSupprimer
  5. j'ai eu cette sensation là aussi... Où étaient-ils avant?
    Du coup, je suis restée très froide, évasive, et n'ai pas partagé ma grossesse avec tous ceux qui n'étaient pas là qd j'en aurais eu besoin... Encore maintenant, je reste très distante, je n'arrive plus ( ni n'ai envie?) d'aller vers ces gens là... du coup peu à peu on s'éloigne... c'est peut-être "égoïste"/ sévère/ radical, comme réaction, mais j'ai été blessée de leur absence et ne sais pas faire autrement, maitnenant...
    Profite des ptits coups de pieds, c'est génial :)
    Bises

    RépondreSupprimer