lundi 27 janvier 2014

Faire peau neuve

D'abord, il y a eu les larmes, intarissables dans les bras de mon homme. Puis la colère. Pourquoi moi? Pourquoi nous? Je sais qu'il n'y a pas de réponse à cette question, pourtant elle revient sans cesse. 
Et puis, l'acceptation est venue rapidement. Tellement rapidement que je crains un retour de bâton d'ici quelques jours. Ce matin, en me réveillant, j'ai eu l'impression que cet énième échec était déjà loin derrière. Est-ce que je m'endurcie avec le temps? Je n'en ai pas l'impression. Mais avancer sans se retourner, c'est aujourd'hui une question de survie. Quand mon homme est parti travailler ce matin, deux solutions s'offraient à moi. Traîner en pyjama toute la journée, pleurer sur mon sort et engloutir trois tablettes de chocolat. Ou me bouger. J'ai choisi la deuxième option.

Je me suis levée, et après bon petit déjeuner, j'ai filé sous la douche. J'ai pris le temps de me passer du lait hydratant, ce que je fais trop rarement. J'avais besoin de chouchouter ce corps qui avait tant souffert. En passant de la crème sur mon ventre criblé de minuscules impacts, j'avais l'impression de me régénérer. De faire peau neuve. Pour la première fois depuis que je suis en arrêt, je me suis même maquillée. 

Et puis j'ai vu la Bétadine sur le bord de la baignoire. Elle n'avait pas bougée depuis vendredi matin, jour de la ponction. Il y a seulement trois jours. J'étais tellement pleine d'espoir à se moment-là... Sur le meuble de la salle de bain, les ovules de progestérone, que j'avais commencé à prendre, étaient toujours là. Sur ma table de nuit, l'homéopathie, les vitamines. Sur mon bureau, des ordonnance et divers papiers de PMA. Sur le buffet du salon, des boîtes de Ménopur, 2 flacons de Synarel, un assortiment de seringues et d'aiguilles en tout genre. La petite poubelle jaune. Mon joli planning de piqûres. La FIV était partout, dans chaque pièce. Ce n'était plus vivable.

Je me suis lancée dans un grand rangement par le vide. J'ai jeté tout ce qui ne pouvait pas être réutilisé. Et j'ai rangé soigneusement le reste dans le tiroir de ma table de nuit. Qui commence à être vraiment plein. Marre d'être bourrée de médocs. Marre de tous ces cachetons. Au diable l'homéopathie, j'arrête tout. On verra dans 4 mois pour la prochaine FIV. Au diable le Gynéfam. Je me cantonnerai à l'acide folique classique pour le moment. Une fois mon rangement terminé, j'ai examiné toutes les pièces. Il ne restait plus une seule trace de cette tentative ratée. Et j'en ai ressenti un immense soulagement.

Toujours dans mon élan, j'ai filé à la civilisation, chez le coiffeur sans rendez-vous. J'en suis ressortie allégée de plusieurs grammes de cheveux. Allégée d'un poids sur les épaules aussi. J'ai fait un peu de shopping, et me suis achetée un joli pull. Ce soir, en rentrant, j'ai passé le joli pull, et me suis faite belle. Pour moi d'abord. Mais aussi pour mon homme, qui va bientôt arriver.

Parce qu'il était tellement mal hier. Parce que cette fois-ci, il ne m'a pas juré que la prochaine serait la bonne. Parce que pour la première fois j'ai lu le découragement dans ses yeux. Et tellement de tristesse. C'était la première fois que je le voyais aussi atteint. Il y croyait tellement, à cette FIV 2. Et de le voir comme ça, ça m'a fait encore plus mal que d'entendre qu'on avait zéro embryon. Il a dit "J'ai peur." Et puis, il a ajouté. "J'ai peur que ça détruise notre couple."

Alors je n'ai pas le droit de me laisser aller. Pour mon couple, je dois tenir bon. Maintenir le cap. Être joyeuse. Être souriante. Je ne peux pas m'effondrer, pas maintenant. Mon chéri a besoin de moi. Et je crois que c'est ça ce qui m'a donné toute cette force aujourd'hui. Bien sûr, je n'oublie rien. Bien sûr, j'avais envie de tuer la femme enceinte assise à côté de moi chez le coiffeur. Mais aujourd'hui, c'est à mon tour de le soutenir. De le faire rire.

C'est à mon tour d'être forte.

29 commentaires:

  1. J imagine ta tristesse et ta colère la nature est vraiment injuste parfois ... Chapeau pour ton courage !

    RépondreSupprimer
  2. C'est très beau ce que tu fais. Et très important aussi. Il va être très touché que tu penses à lui, j'en suis sûre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, il a adoré ma nouvelle coupe et a apprécié que je me sois faite belle pour lui. :)

      Supprimer
  3. Chère Gribouillette je trouve votre façon de réagir des plus saines. Il faut vite remonter sur le ring, vous l'aurez votre bébé j'en suis sure, sauf qu'il va juste falloir se battre plus que les autres…. que certaines…. Allez haut les coeurs! Il est aussi très important de penser a votre couple et rassurez votre homme…Ces hommes qu'on pense souvent infaillible mais qui on aussi leurs faiblesses… Ils se sentent même parfois encore plus impuissant que nous face a ce problème…
    Je vous admire beaucoup dans ce message que vous avez écrit ce soir. Il faut rester forte et je suis sure que votre couple en sortira encore plus fort.
    Bon courage pour la suite et encore une fois bravo pour votre réaction

    RépondreSupprimer
  4. <3 C'est la base de s'échanger les rôles de celui qui soutient et celui qui est soutenu mais c'est dur et rare de réussir à la faire, c'est faire preuve d'abnégation. Il y a tellement d'amour entre vous. Oh ça oui vous allez vous relever et vous irez le chercher votre petit bout. Aujourd'hui c'est toi la forte. Pour le retour de bâton ton chéri sera là. Ca s'est passé exactement comme ça pour nous après la petite chose, chacun son tour de porter le fardeau pour l'autre.
    Je vous admire, tous les deux.

    RépondreSupprimer
  5. Bravo, bonne attitude, il faut tenir le cap maintenant en prenant soin l'un de l'autre....
    Courage.

    RépondreSupprimer
  6. un grand bravo pour ton courage... J'espère que malgré tout ça vous passez une bonne soirée et que vous arrivez à retrouver de l'énergie l'un et l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a réussi à passer une bonne soirée. Je suis contente d'arriver à être forte pour lui, pourvu que ça dure.

      Supprimer
  7. Quel courage que tu as... Et comme tu as raison de te chouchouter. Ben oui, si tu ne te fais pas papouiller un peu dans ces moments là, ce sera quand? Tu as tellement raison de mettre tous ces médocs au coin quelque temps. Bravo pour ton état d'esprit. En effet le retour de bâton sera probablement présent dans quelques jours... en attendant, chouchoute ton amoureux, ils souffrent aussi beaucoup dans toutes ces épreuves les garçons.
    Bisous, courage, plein de pensées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai peur moi aussi du retour de bâton. Ça me l'avait fait pour IAC2. Juste après, j'allais bien, et au bout de quelques jours je me suis effondrée.

      Supprimer
  8. Waouh... Bravo Gribouillette.
    Quelle force tu as, pour ton couple, pour votre amour...
    Vraiment, c'est très beau.
    Courage, et repenses à ça dans les jours sombres...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  9. Je trouve que tu as beaucoup de force, c'est une belle preuve d'amour que de vouloir soutenir et préserver ton homme. Tu as raison de prendre soin de toi, de vous. Cela ne met pas vos difficultés de côté mais plutôt de les affronter sans vous oublier l'un et l'autre, l'un pour l'autre.
    Je sais que je n'ai pas tellement de légitimité à laisser des commentaires sur ton blog, mais je pense souvent à toi, à ce que tu endures et à la manière dont tu appréhendes toutes les difficultés.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout a fait la légitimité de commenter ici Bulledoseur, et ça me fait plaisir. :)
      Merci pour ton soutien.

      Supprimer
  10. Franchement je te dis « Waouh », c’est génial ce que tu fais. C’est vraiment super dur de passer au dessus de la douleur mais c’est vrai que quand c’est pour l’homme qu’on aime, on est prête à tout.
    Ne pas se laisser aller, ne pas s’apitoyer sur son sort, garder la tête hors de l’eau… tout ça par amour c’est top…
    Et puis rester optimiste, se dire qu’on y arrivera (qu’on a encore des cartes à jouer), cela nous permet de nous projeter, d’avancer et de ne pas ruminer (même si je sais que la douleur est quand même bien présente ; malheureusement elle ne s’envole pas en deux minutes, ce serait trop beau !!!)
    Je t’embrasse fort Gribouillette.
    A très vite.
    P.S. J'aimerais bien voir ta nouvelle coupe en live....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Boupe. <3
      On pourrait se voir la semaine pro si tu veux? ;)

      Supprimer
    2. Yes, je suis partante...Avec plaisir....
      Bisous

      Supprimer
  11. Belles initiatives la coupe et le pull ! Ton chéri a du être touché par tous les efforts.
    L'essentiel dans ces moments c'est d'être la l'un pour l'autre et ça vous le faites déjà très bien par amour.

    RépondreSupprimer
  12. Oh Grib', tu le dis, l'instinct de survie. La survie de votre couple, de toi, de lui. Bravo à toi d'avoir fait place nette dans votre chez vous, de t'être fait belle, d'avoir changé de tête. Je t'encourage à fond et serait là au besoin. Bisous

    RépondreSupprimer
  13. ma foi, jolie lancée pour faire face... reste sur cette lancée si c'est possible !! courage

    RépondreSupprimer
  14. En octobre dernier, lorsque j'ai craqué au boulot après l'échec de notre IAC et que j'ai dû me mettre en arrêt, j'ai fait comme toi : je suis allée chez le coiffeur. Et je me suis acheté un rouge à lèvres. Envie de me faire chouchouter. Envie de me trouver belle. Ce sont des petits gestes comme celui-ci, ou comme l'achat joli pull, qui empêche la PMA de prendre toute la place dans nos vies. Cela peut sembler dérisoire, mais ce sont comme des petites briques qui permettent de construire "autre chose". J'espère que tu as trouvé un peu de plaisir à faire cela. Je pense bien à toi.

    RépondreSupprimer
  15. tu as eu raison de prendre soin de toi et de ton couple.
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  16. Wouah quel courage !!
    Continue comme ça. Occupe toi bien de toi et de ton homme.
    Et je croise fort fort les doigts pour que la prochaine fois soit la bonne !

    RépondreSupprimer
  17. Je ne connais ton blog que depuis cet après midi et ce post m'a émue aux larmes, je croise très fort les doigts pour qu'un jour vous puissiez enfin rencontrer ce petit bout d'être que vous espérez tant. Cela fait 5 ans que nous essayons d'avoir un enfant naturellement. De manière irrationnelle parce que transie de peur, je retardais le moment d'une consultation pour stérilité. Un accident de la route m'a remis les pendules à l'heure cet été. Bilan, à 32 ans, je suis bientôt ménopausée. Je n'en suis qu'à ma deuxième stimulation avec piqûres et tout le bazar hormonal et j'ai peur, peur de rester sur le carreau, alors je passe mes journées sur mon ordinateur à farfouiller dans les histoires de chacune pour ne pas perdre espoir et affronter ce vide qui me dévore de l'intérieur et grâce à toi, vous toutes, je reprends courage et foi en l'avenir. Merci les blogueuses pour ce lien que vous créez ! Ne perdons pas espoir, chouchoutons nos amoureux et nos corps meurtris ! Bises à toutes ...

    RépondreSupprimer