dimanche 5 octobre 2014

Je n’oublie pas d'où je viens

C'est même omniprésent par moment.

Je passe encore beaucoup de temps sur les forums PMA. Pour suivre et soutenir les copines de galère, et aussi parce qu'il faut être honnête, j'ai du mal à les quitter. Je me sens plus proche des PMettes que des futures mamans fertiles. On ne vient clairement pas du même monde.

J'avais rêvé du jour où je pourrai clamer mon bonheur sur tous les toits, et en fait je n'ai pas du tout été à l'aise d'annoncer que j'étais enceinte. Et je me suis rendu compte que je parlais très peu de ma grossesse à l'extérieur, sauf avec les personnes très proches. Étrange, je sais. Un besoin de me protéger, de profiter égoïstement de ce bonheur tant attendu. Peut-être un besoin de protéger les autres aussi. J'ai tellement détesté entendre par le menu les petits maux et petits bonheurs des femmes enceintes qui m'entouraient.

Mais aussi une forme de gêne, presque de honte, comme si ma grossesse me faisait renier ce passé difficile, dont je n'arrive pas à me défaire. J'ai parfois l'impression de m'avoir trahi, de vous avoir toutes trahies. En apparence, je suis enceinte. Alors que dans ma tête, je suis toujours infertile.

Quand on me pose des questions, quand on me félicite, j'ai envie de clamer que ce n'est pas une grossesse comme les autres, que j'ai galéré et que beaucoup de copines galèrent encore. Mais je ne peux pas dire ça alors je me tais. Pourtant j'ai toujours été déterminée à ne pas faire de mon parcours un secret, et à dire aux gens que c'était un bébé FIV. Mais en situation, c'est pas toujours évident.

Il m'est toujours aussi difficile d'entendre parler de calculs savants pour enchaîner les vacances d'été et le congé mat, ou pour obtenir l'écart d'âge "idéal" entre ses enfants. D'écouter les Lachance disserter sur la difficulté de s'occuper de leurs filles. Parce qu'ils ont la chance d'avoir deux enfants, et qu'on ne sait pas si cette chance nous sera accordée un jour. De supporter certaines remarques qui se veulent drôle mais qui ne m'amusent pas du tout. Du genre "Ah, mais parle pas de malheur! Si je retombe enceinte, je me pends! " Oui c'est Madame Lachance qui a dit ça. A nous. Sans commentaires.

Et toujours aussi difficile d'encaisser les annonces, en particulier quand elles concernent des personnes qui m'ont bien déçues par le passé. CousineSo par exemple, est encore enceinte, d'une petite fille. Sa première a 18 mois, autant dire qu'elle n'aura pas traîné pour sa deuxième. Ma tante a appelé ma mère, toute fofolle pour lui annoncer qu'elle allait être grand-mère pour la septième fois. Mais n'a même pas demandé des nouvelles à ma mère. Ma mère qui va être grand-mère pour la première fois, peut-être la seule fois, et qui a attendu ce moment pendant des années tout comme moi.

Oui, je l'ai mal pris. Déçue de ma tante, qui ne pense qu'à elle et pas à sa sœur. Jalouse (oui jalouse) que ça soit si facile pour CousineSo, de retomber enceinte, à plus de 38 ans. Agacée parce qu'au vu de ce qu'a raconté ma tante, elle a passé son échographie du 2ème trimestre en même que moi. Donc on en est sensiblement au même stade, on va accoucher en même temps, nos filles auront le même âge. Mince, c'était notre tour à nous, pas à elle.

Evidemment, personne dans mon entourage ne comprends mon ressenti. Personne, même pas mon chéri. Pour eux, je suis enceinte, tout va bien, point. Pour moi, tant que je ne tiendrai pas ma puce dans les bras, je ne serai pas entièrement rassurée. Autant pour les grossesses des autres, je sais que tout ira bien, autant en ce qui me concerne, je ne peux m'empêcher de douter et d'avoir peur. Et puis...

... je suis toujours infertile dans mon coeur.

16 commentaires:

  1. Grib je comprends tres bien ton ressenti..je pense bien fort a toi <3
    Des bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Loumi. :)

      Je suis toujours dans tes poches!

      Supprimer
  2. Tu décris très bien ce que je ressentais quand j'étais enceinte. Jamais pu le bramer sur tous les toits non plus, jamais été complètement indifférente aux grossesses simultanées autour de nous (ça me faisait clairement chier). Mais ça n'empêche pas d'être très heureux... et pour ma part depuis la naissance je ne me pose plus de questions existentielles (plus tellement de tps pour ça) et c'est tant mieux et j'espère que toi aussi tu seras plus sereine au fil du temps. Des bises et plein de tendresse pour la mini Gribs (une fille :) j'en étais sûre !) - Pimpin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr que tu ne dois plus avoir le temps pour ça! Et pour pas grand chose d'autre je suppose!!

      Profite bien, et bon courage! <3

      Supprimer
  3. Je comprends ta réserve sur ta grossesse. On a tellement galéré qu'on ne peut pas croire que la chance soit enfin pour nous, et on se dit que tout ira bien seulement quand on aura notre bébé vivant et en bonne santé dans nos bras.
    Mais même après la naissance on reste des infertiles qui ont un pincement au coeur quand on nous annonce un C1, et même si on sait que c'est impossible on espère secrètement un bébé couette un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, après tant de galère, j'ai encore du mal à y croire. Je m'inquiète pour rien, je ne suis jamais tranquille.
      Vivement dans 4 mois...

      Supprimer
  4. Ce que j'aime te lire Gribouillette !! j'ai l'impression que tu es dans ma tete et dans mon coeur, autant tes sentiments sont si justes. C'est tout ce que je ressend mais je n'arrive pas à mettre des mots dessus ou à l'écrire.
    Parfois j'aimerais dire à ma famille et mes amies de lire ton blog pour qu'ils puissent parfois prendre la mesure de ce qu'on traverse.
    Moi après 2 fausses couches, je suis en période de doute et de tristesse. Alors des temoignages comme le tien me redonne beaucoup d'espoir et l'envie d'y croire..Merci encore..
    Ninouchette 69

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux leur dire de me lire, pas de soucis! ;)

      Bon courage pour la suite. <3

      Supprimer
  5. Oh gribouillette, ce sentiment est normal et ne va pas vraiment te quitter, juste s'atténuer. N. va avoir 11 mois et je suis une maman infertile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense que ça ne s'effacera jamais totalement.

      Et j'ai du mal à croire les femmes qui le disent dans des reportages sur l’infertilité...

      Supprimer
    2. Je crois que d'un côté je n'ai pas envie d'oublier ce combat dont nous connaissons la victoire. On savoure et connait la valeur de notre grossesse, le bonheur de l'avoir cet enfant tant voulu.

      Supprimer
  6. Oui, tout pareil, pmette tu es et pmette tu resteras, et c'est normal, comment redevenir une fertile C1 naïve après tout ce parcours? C'est un signe de maturité aussi, et du changement qui s'est fait ces dernières années.
    Gros Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, PMette un jour, PMette toujours!

      Maturité peut-être, mais amertume aussi...

      Supprimer
  7. Argh j'avais oublié que sur blogspot je recevais pas d'alerte pour les nouveaux articles, du coup j'en ai loupé. Mais bon j'ai eu le temps de les lire.
    Je suis contente que le 20 septembre ait été plus facile pour toi cette année, c'est une jolie date. Je comprends ton ressenti vis à vis de l'entourage qui réapparaît maintenant qu'il y "a plus de problème"
    Pour votre construction j'espère que les choses s'arrange.
    Enfin pour ce qui est de ton ressenti d'infertile, je crois que ce combat qu'on mène, même si on en sort victorieux laisse des marques, des cicatrices. C'est pas forcément une mauvaise chose, je pense (même si j'aurai préféré l'éviter) que c'est une expérience qui nous enrichit personnellement et qui enrichit également nôtre couple.
    Bises.
    Ptbichon

    RépondreSupprimer
  8. je te comprends, j'ai ressenti ça aussi... pendant ma grossesse, puis après l'accouchement... Je dirais que ce n'est que depuis cet été que j'ai un peu moins cette sensation de ne pas savoir "lâcher" cette identité de PMEtte que j'avais dû accepter... Mais J. va avoir 9 mois... et 9 mois, c'est le temps qu'elle est restée dans mon ventre... encore maintenant, même si BIEN SUR je savoure chaque jr ce bonheur de l'avoir avec nous, je suis aussi hyper nostalgique de ma grossesse, je pense encore à ces dates anniversaire Pmesques qd on les passe... et hier, lorsqu'on parlait d'un projet voyage qu'on a pour l'été prochain, je me suis prise en train de calculer et me dire " ouais ms si ça se trouve je serai enceinte? Ou on sera à nouveau en PMA?" ...
    Mis à part ces "états d'ame" qui rendent parfois bien amère, j'espère que tu vas bien et que tu profites à fond de cette grossesse.
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Ma grib je te comprends. ..quand j ai dit aux gens que j avais pris rdv pour parler bb2 au gygy pma et qu il m avait dit iac vers février j ai eu le droit à "ça a marché une fois y a pas de raison, n y pense pas" je l ai vraiment eu mauvaise. ..oui je reconnais que j ai une immense chance d avoir atteint mon but après tant de galère mais ces phrases anodines pour eux mais assassines pour nous me lasse
    Et j en suis sûre ta puce sera plus belle et gentille que celle de ta cousine NA!

    RépondreSupprimer