dimanche 11 février 2018

De quoi je me mêle?

La femme de ménage de l'école est du genre très bavarde et très curieuse. J'évite au maximum de rester coincée avec elle car une fois qu'elle tient sa proie, elle ne la lâche plus. Depuis qu'elle a réussi à obtenir le prénom de Pâquerette, elle ne me manque pas de me demander comment elle va à chaque fois qu'on se croise. Et j'ai beau lui répondre de la manière la plus laconique possible, elle ne comprend pas que je n'ai pas la moindre envie de discuter avec elle...
Elle m’empêche de me concentrer, souvent je suis obligée d'aller me cacher en salle des maîtres, à faire des photocopies, le temps qu'elle ait terminé de nettoyer ma salle de classe. Vraiment, elle me fatigue, d'autant plus que quand je reste travailler tard à l'école, c'est pour être efficace et vite rentrer chez moi, pas pour raconter ma vie à une inconnue. Et alors vendredi soir, clairement, ça a été le pompon...

- Ça lui fait quel âge à Pâquerette? 
- 3 ans.
- Ah, bientôt l'école?
- Oui, bientôt. 
- Ce qui faudrait maintenant, c'est un petit frère! 
Ça y est, la phrase est lâchée. Et sa violence me transperce. Je ne m'y attendais pas, pas déjà, au bout de deux phrases échangées sur le sujet... Je suis prise au dépourvu, et la colère m'envahit. 
IL FAUT lui faire un petit frère. Maintenant. Vous savez, 3 ans, le fameux écart idéal qu'on est tenus de respecter. Et puis, évidement, si on a déjà la fille,  IL FAUT le garçon. C'est marqué où? Je ne sais pas, mais IL FAUT.

- On ne fait pas toujours ce qu'on veut. (Je ne relève même pas la tête de mon classeur, mais elle ne comprend pas que la discussion doit s'arrêter là, et continue son laïus.)

- Ah ça oui. Bah moi, j'ai deux enfants. Je les ai pas eu facilement. Mais je les ai eu naturellement! 
Alors là, les insultes les plus monstrueuses me sont passées par la tête. C'est une fierté, donc, de procréer naturellement? Elle veut quoi, une médaille pour ses enfants conçus en batifolant sous la couette? C'est une tare de faire ses enfants avec l'aide de la science?
Sous le coup de la colère, j'ai eu envie de lui demander si ma fille conçue artificiellement valait moins que les autres... mais je me suis abstenue. Elle aurait été trop contente de connaitre des détails croustillants de ma vie.

Je me suis tue, et elle a continué de parler toute seule, pendant que je ne répondais pas, faisant mine d'être très absorbée à mon bureau... elle a dû comprendre le malaise et a fini par conclure:

- L'essentiel, c'est qu'elle soit en bonne santé! 
Le coup de grâce quand on sait que ma fille a cumulé les soucis depuis sa naissance et qu'on vient de lui diagnostiquer une maladie chronique. Bien sûr, tout ça, elle ne le sait pas, mais elle n'a qu'à se la fermer!!! De quel droit se mêle-t-elle de la vie des autres?

Les gens sont toujours aussi cons, et moi toujours aussi peu blindée finalement... sur la route du retour, je n'ai pas pu retenir mes larmes...

5 commentaires:

  1. Bon ben je crois que tu sais ce que cette personne pense de la pma.
    Elle ne te connait pas, je ne pense pas que cela soit méchant. C'est juste que c'est un sujet sensible pour toi (ce que je comprends)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non je suis sûre que ce n'est pas méchant. Mais les gens sont pénibles à poser des questions sans arrêt...

      Supprimer